Tout l'immobilier à Lyon
29 août

A quel taux pouvez-vous acheter un bureau à Lyon ?

je vends sur étiquette sur clés,business

Peu de changements du côté des taux de crédit immobilier en août par rapport à juillet. Vous voulez acheter un bureau à Lyon ? C’est le moment, la plupart des banques ont opté pour une stabilité de leurs grilles par rapport à juillet. Quelques établissements ont certes bougé de manière très mesurée leurs grilles, mais ceci n’a pas d’impact significatif sur le baromètre des banques. D’ailleurs, celui compilant les grilles transmises par les établissements financiers partenaires d’Emprunt-Direct.com n’enregistre, en août, que d’imperceptibles mouvements : de l’ordre de 5 points de base. La plupart des banques n’ont pas modifié leurs grilles de taux par rapport à juillet, si l’on excepte quelques établissements ayant transmis des grilles rehaussées de 5 à 10 points de base.

Un été stable : une nouveauté
L’été est souvent un terrain idéal pour un réajustement haussier des barèmes, les capacités de traitement des banques étant en effet nettement moins importantes durant la période estivale que lors des grosses périodes de production, au printemps et à l’automne. Mais cette année, du fait de la relative anémie de la demande, les banques ont préféré laisser leurs taux inchangés.

Baisse du pouvoir d’achat
Dépêchez-vous tout de même d’acheter un bureau à Lyon, car le pouvoir d’achat immobilier, lui, baisse. En effet, en juillet, les courtiers ont constaté une légère baisse du pouvoir d’achat des acquéreurs et des primo-accédants exclus des grandes villes et zones tendues. L’explication tient à l’augmentation des dossiers signés en juillet par rapport à juin avec une augmentation générale des taux de 0,10 % à 0,15 % sur toutes les différentes durées de 10 à 25 ans. Cette légère hausse des taux cumulée à la hausse des prix de l’immobilier a impacté directement le pouvoir d’achat immobilier des acquéreurs, surtout dans les grandes villes et les zones tendues, où ils perdent – 5 % Paris, – 4% à Bordeaux, – 1,5 % à Strasbourg et – 1 % à Lyon. Face à ces hausses, les primo accédants s’adaptent en achetant en dehors des grandes villes ou zones tendues. Ils font construire ou s’orientent vers le neuf où les aides type PTZ leur sont encore favorables.

O.D. / Bazikpress © Patryssia

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée