Tout l'immobilier à Lyon
27 jan

2018 commence sereinement pour acheter un bien immobilier à Villeurbanne !

projet immobilier

Après une année 2017 record en nombre de transactions, grâce à des taux restés très bas et des prix de l’immobilier encore accessibles, l’année 2018 commence sereinement. Vous souhaitez acheter un bien immobilier à Villeurbanne ? Profitez donc de ce début d’année et des bonnes nouvelles qui l’accompagnent. En effet, dans la continuité de la fin 2017, les taux stagnent, connaissant à la marge quelques baisses ou hausses en fonction des mois. Ainsi en décembre, les taux actés se sont établis à 0,89% sur 10 ans, 1,22% sur 15 ans, 1,42% sur 20 ans et 1,70% sur 25 ans.
Ambiance de fête pour les emprunteurs au 1er semestre
Pour le moment, les emprunteurs bénéficient d’une  » trêve des confiseurs  » à rallonge. Ainsi les taux les plus bas négociés par Cafpi, qui ont été proposés à sa clientèle en ce mois de janvier, atteignent 0,75% sur 10 ans, 1,10% sur 15 ans, 1,25% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans.  » Les indicateurs restent stables, le coût de l’argent reste bas pour les banques, autant de raisons de profiter de cette période pour devenir propriétaire », explique Philippe Taboret, directeur général de Cafpi.

Des avantages pour les emprunteurs
Depuis le 1er janvier 2018, les banques ont la possibilité d’exiger que tout nouveau souscripteur d’un prêt immobilier domicilie ses revenus pendant 10 ans dans leur établissement. Cette obligation de domiciliation doit en contrepartie s’accompagner d’un avantage pour le client (diminution sur le taux, frais de dossiers offerts…) clairement mentionné sur l’offre de prêt.

Une fin d’année plus compliquée
Revers de la médaille de la bonne santé du marché immobilier : les prix progressent et le pouvoir d’achat des emprunteurs commence à baisser. La hausse des prix de l’immobilier ne leur permet plus d’acheter autant de mètres carrés qu’auparavant. À cela s’ajoutent les réformes (PTZ, APL Accession), qui excluent certains candidats à l’accession à la propriété et en inquiètent d’autres. Autant d’éléments qui réduisent la demande. Pour continuer d’attirer de nouveaux clients, les banques se retrouvent donc dans l’obligation de maintenir des taux bas pour rester concurrentielles.  » D’ici quelques mois, cette baisse de la demande pourrait peut-être ralentir la hausse des prix actuels, ajoute Philippe Taboret. Si les acquéreurs se raréfient, les vendeurs seront eux aussi obligés de faire un geste. » Et il annonce :  » si le 1er semestre 2018 s’ouvre sur de belles perspectives, les derniers mois de l’année devraient être moins  » festifs. Les perspectives des analystes financiers laissent entendre des hausses des taux directeurs d’ici la fin de l’année, qui pourraient tout changer ».

O.D. / Bazikpress © Tilio & Paolo- Fotolia.com

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée